Tour d’horizon des genres de la musique électronique : Partie III

Semaine 3 : Indus – Acid – Acidcore

On continue cette semaine avec l’indus, l’acid, et l’acidcore. Trois sous-genres de la Techno que l’on retrouve beaucoup aujourd’hui dans les soirées Warehouse Parisiennes.

L’Indus

La musique « industrielle » est l’un des genres prédominants dans la techno. Elle puise son inspiration dans la musique électronique des années 80 mais aussi dans le rock psychédélique des années 70 (avec des artistes tels que Jimi Hendrix ou The Velvet Underground). Ce genre se caractérise, contrairement à l’acid, par des sonorités plutôt dark sur un beat très marqué avec un bpm allant de 140 à 160.  Le terme « indus » vient de « industriel ». Les thèmes abordés par l’indus sont transgressifs, provocateurs, comme souvent dans la Techno vous nous direz… L’indus est difficile à catégoriser tant elle regroupe des sonorités différentes et tant elle se démultiplie en plusieurs sous-sous-genres (on s’en sort plus avec tous ces sous-genres).

Par exemple, la Dark ambient est un proche parent de l’indus de la première époque et est une musique proche de l’ambient de par son absence de rythme, son recours à des nappes (des sons d’ambiance d’origine naturelle). Ou encore, l’EBM, une musique dansante et minimaliste inaugurée par Front 242 au début de années 80, qui constitue un chaînon manquant entre les pionniers de l’industriel et les débuts de la techno. Par la suite, le son de l’EBM évolue pour se rapprocher des groupes de la Minimale.

A écouter

  • Nico Moreno – Purple Widow
  • Dyen- Aftermath
  • Perc – Hyperlink

L’Acid

Avec un nom aussi sombre, l’acid provoque un émoi bien mérité. C’est l’un des genres les plus appréciés par ses sonorités « spatiales », son beat puissant et son bpm soutenu (entre 130 et 150). Ces caractéristiques en font l’un des genres les plus accessibles pour les jeunes mélomanes. Elle connait ses débuts sur les scènes anglaises et allemandes puis se développe dans toute l’Europe au cours des années 80-90. Elle est une dérivée de l’acid-house et de l’indus. L’acid est très reconnaissable notamment grâce aux sons produits par le synthétiseur Roland TB-303 qui lui est propre. On vous laisse juger par vous même.  

  • Subway Shamans
  • Nobrac et Lemane – Return on acid

L’Acidcore

L’acidcore est un dérivé de l’acid techno et du hardcore (ou gabber). Comme beaucoup de sous-genres de la techno, l’acidcore a émergé dans les années 90 en Europe (plus précisément au Pays -Bas). Avec un rythme soutenu et rapide (170 bpm), on retrouve dans l’acidcore les sonorités aiguës de l’acid techno (produite par le synthétiseur Roland TB-303) et le bpm élevé et trash du hardcore (que nous vous présenterons dans le prochain épisode). À ses débuts, l’acidcore est principalement jouée en « teuf » et dans les free parties

A écouter

  • Avoris – Dark Acid Night
  • Miss Djax – Acid bomb

A suivre…

Au programme la semaine prochaine : Hardcore, Frapecore, Hardtechno et Mentalcore.