Gros Bazarrr : De retour au Pop Up

Ce vendredi 9 février, il faisait froid et humide, tout était trempé par la neige et la pluie. Un vendredi soir qui annonçait plus une soirée appart qu’une soirée boîte. Mais pour les soirées Gros bazarrr, on se dit qu’on peut faire un effort pour sortir, surtout qu’on avait passé une très bonne soirée le 1er décembre dernier (souvenez-vous, on en disait déjà du bien ici).

Vendredi dernier, le collectif avait invité Glitterڭليثر٥٥, Shadi Khries et Lost in Transition (Tushen Raï B2B1 Warum) pour nous réchauffer au Pop up du label  dans le 12e arrondissement. Cette soirée de 20h30 à 2h était placée sous le signe du voyage et de l’ouverture (et en cette période de reprise des cours, c’était plus que nécessaire).

Au programme, quatre artistes voulant, chacun à leur manière, ouvrir les horizons de la musique électronique. Celle-ci devient un moyen d’allier tradition et modernité en intégrant des sonorités plus traditionnelles, tout en ouvrant ces dernières au monde plus underground de la musique électronique.

 

 

Et c’est Glitterڭليثر٥٥ qui a ouvert le bal. Venue de Rabat, elle prend le parti d’allier techno et musiques traditionnelles orientales, et c’est réussi. La musique est hypnotisante, on se laisse entraîner avec plaisir. La soirée est lancée, on se dit que ça valait le coup de sortir et d’affronter la pluie. On cesse de danser pour aller se prendre une bière (dommage l’happy hour était fini depuis 21h30) et faire quelques photos au photobooth gratuit (c’est suffisamment rare pour être souligné) du Pop Up du Label.

28082123_10211013623437365_549982485_o

 

On retourne danser et arrive Shadi Khries. Comme Glitterڭليثر٥٥, Shadi Khries fait le pari de mêler sonorités électroniques et musiques traditionnelles du Moyen-Orient. Et ce pari est gagné dès le début, l’équipe d’Assas Sound Code est conquise. Il est 23h, la salle se remplit de plus en plus.

 

 

 

 

On danse autrement, on s’amuse, on décompresse, la soirée fait du bien.

Et enfin, Lost in Transition, soit Tushen Raï en back to back avec Warum, clôturait la soirée. On aurait aimé rester jusqu’à la toute fin mais minuit et demi sonne la fin des RER. De ce qu’on a entendu (et dansé), ils ont su rester dans l’ambiance cosmopolite de la soirée. Pour nous faire pardonner de ne pas être restés jusqu’au bout, on vous invite à aller sur le soundcloud de Tushen Raï (ici), qui saura vous convaincre.

Cette soirée nous prouve encore une fois que l’électro (de manière générale) n’est pas un boum boum assourdissant, que c’est une musique malléable qui se laisse imprégner des autres styles pour nous faire voyager loin de la grisaille parisienne.

Merci à Gros Bazarrr pour cette douce soirée ! Et à très bientôt on l’espère.

 

Léa Barmont.